LE REIKI TAO TÖ QI

Psychogénéalogie et Constellations Familiales


Aux niveaux supérieurs, le pratiquant apprend à utiliser l'énergie Reiki dans le domaine de la psychogénéalogie, pour agir vers le passé, dans la direction des ancêtres et aïeux, lorsqu'une personne est coupée de sa lignée et de la force de ses parents, de sa famille ou de ses ancêtres. Ceci dans le cadre de constellations familiales et/ou ancestrales.

Tout système, famille, milieu professionnel, milieu social, organismes auxquels nous appartenons est un champ de force, un champ morphique, à l'intérieur duquel nous vivons et évoluons. A la naissance, par exemple, nous prenons une place dans notre système familial et nous recevons de nos parents et de nos ancêtres non seulement un patrimoine génétique héréditaire, mais également un ensemble de croyances, de shémas de pensée et de shémas de comportement.

Tous ces shémas agissent de façon déterminante sur notre façon de vivre, de penser, de ressentir ; ils empêchent ou améliorent notre capacité à nous sentir libre et à agir librement, à être heureux ou malheureux, à réussir ou à être bloqué dans nos entreprises ; ils agissent sur notre état de bien-être et de santé, ils sont la cause de nos maladies, ils entraînent des relations positives ou conflictuelles...

A travers la psychogénéalogie et les constellations familiales, nous commençons à comprendre ces shémas à leur niveau le plus profond. Ensuite nous pouvons apprendre à nous libérer des shémas qui nous entravent.




                                   



                                      LES EVENEMENTS MARQUANTS


Un système ou champ de force familial est déterminé par tout le passé de la famille, les parents, les aïeux, les ancêtres, ainsi que par leurs propres schémas de pensée, leurs croyances, leur religion, leur nationalité, leur ethnie… Notre champ de force est structuré en particulier par tous les événements marquants de la vie de nos parents et de nos ancêtres, ces évènements marquants étant : situations difficiles, décès dus à des maladies, avortements, fausses couches, morts en bas âge, suicides, accidents, guerres…, et aussi les adoptions, les incestes, un ancêtre victime d’un crime, les internements psychiatriques, les emprisonnements, les abus subis, les crimes commis (même s’ils n’ont pas été révélés), le vol, l’acquisition de biens par des méthodes douteuses…

Les actions positives, bonnes, généreuses (sauver quelqu’un ou s’engager pour une cause…) ont également un effet sur ce champ de force puisqu’elles le renforcent et l’équilibrent, alors que toutes les mauvaises actions créent des énergies négatives agissant sur les descendants qui vont être obligés d’en payer le prix et de réparer. La façon dont nos ancêtres se sont comportés envers d’autres êtres humains ou l’humanité en général a une action sur ce champ de force.

Nous n’avons pas conscience de la réalité de ce champ de force et de la façon dont il nous influence. Nous adoptons des attitudes et nous nous mettons dans des situations qui nous dépassent et souvent, nous faisons des choses que nous regrettons d’avoir faites. Cependant, à partir du moment où nous prenons conscience de tous ces phénomènes grâce à la psychogénéalogie et les constellations familiales, et où nous commençons à comprendre ces mécanismes, nous pouvons petit à petit nous en délivrer et en même temps, transformer nos comportements et nos attitudes, évitant également par là malheur et souffrances à nos enfants et aux enfants de nos enfants, ainsi qu’à tous les membres de notre système familial.

                INTRIQUE : RESPONSABLE, MAIS PAS COUPABLE     

                          
Les personnes, en particulier les membres de notre famille, dont nous avons l’impression qu’elles se conduisent mal à notre égard ou à l’égard d’autres membres de la famille ou de personnes étrangères, sont en général prises dans un champ de force, elles sont “intriquées”, et ceci les amène à se conduire de la façon dont nous le voyons et que nous jugeons négative. A nous d’apprendre à jeter un regard bienveillant, de compréhension et d’amour sur ces personnes qui, dans la majorité des cas, ne sont que les jouets de ces champs de force, dont les sources sont à chercher chez nos aïeux. Ceci ne retire rien aux faits négatifs accomplis par les uns ou les autres, qu’il s’agira pour chacun d’assumer : il n’y a pas de coupable, mais chacun est responsable. Une compensation la plus rapide possible est nécessaire, de préférence par celui qui a commis un acte négatif ; sinon, quelqu’un dans une génération suivante recommencera le même type d’action ou subira le même type de sort.
Tout ceci est également valable pour les autres systèmes non familiaux, comme le milieu social, associatif, religieux ou professionnel.

                   UN CHEMIN DE DEVELOPPEMENT INTERIEUR


Partout où nous nous sommes séparés, où nous nous sommes disputés, où nous avons été en conflit, c’est comme si une partie, un fragment de nous-même restait accroché. Ceci signifie que si nous
voulons réellement (re)trouver notre propre unité, nous sentir entier, nous sentir un individu - c’est-à-dire, étymologiquement, un être non divisé - il faut nous reconnecter à ces fragments dont nous sommes séparés. Souvent, cette reconnexion ou cette réconciliation n’est pas possible, ou n’est plus possible dans la vie, parce que nous sommes trop éloignés les uns des autres ou parce que certains sont morts. Ceci ne signifie pas que la reconnexion ou la réconciliation ne peut pas se faire à l’intérieur de soi. Nous pensons même que c’est à cet endroit qu’il s’agit de commencer : en soi, réunifier le monde en soi, réunifier son propre monde. Ceci passe par la réconciliation avec tous ceux dont nous nous sommes éloignés, séparés, avec qui nous sommes en conflit.

Notre approche systémique est donc non seulement un apprentissage de techniques et de savoirs, mais également un chemin de développement intérieur. Certains diraient un chemin de développement personnel, nous pensons plutôt : un chemin de développement trans-personnel et supra-personnel, et même spirituel, au sens peut-être le plus juste du mot, c’est-à-dire un chemin qui utilise la force spirituelle de l’esprit et la force de nos esprits. Les questions de base sont toujours : comment trouver une meilleure solution par rapport à la situation actuelle ou comment réconcilier ce qui s’oppose, ce qui est séparé, comment amener l’harmonie ou l’euphonie là où il y a dysharmonie, déséquilibre, dysphonie, c’est-à-dire souffrance ? Ce que nous recherchons, c’est le moyen d’amener la guérison là où il y a souffrance.

Il est par conséquent utile, et même nécessaire, de regarder notre vie passée en nous posant un certain nombre de questions : y a-t-il des situations ou des relations “non clarifiées”, “non achevées” ? Elles agissent sans aucun doute, consciemment ou inconsciemment, sur la vie présente et participent aux problèmes, conflits, difficultés et échecs auxquels nous sommes confrontés. Avons-nous une part dans les problèmes qu’il a pu y avoir : manque de compréhension, manque de partage, manque de respect ?… L’idée est de rechercher notre part personnelle dans les raisons de l’échec ou du problème, de clarifier notre position et ensuite seulement d’examiner celle des autres personnes concernées. Quelles sont les situations ou les relations non clarifiées qui peuvent encore agir dans notre situation actuelle ? Par exemple, en cas de remariage : comment la situation précédente (le premier mariage) agit-elle sur les enfants issus d’une nouvelle relation ?

Evidemment, nous sommes entrés dans notre famille actuelle à partir de notre famille d’origine et il est donc nécessaire d’examiner la situation de cette famille-là aussi : les conflits, les difficultés, les personnes éventuellement exclues… puisque nous savons par exemple que les enfants, dans leur amour inconscient pour leurs parents prennent parfois sur eux des fardeaux et des difficultés non résolus par les générations précédentes...(exemple du fils qui doit jouer le rôle du mari qui a quitté sa mère, etc.). Cette nécessité de porter le fardeau d’un autre est une illusion et à l’évidence une impossibilité, et la conséquence en est toujours la souffrance, qui se perpétue d’une génération à l’autre : nous savons aussi qu’il s’agit d’une “faute” contre le principe de l’ancienneté et du rang…
Lors des constellations familiales, que ce soit pour notre famille actuelle (conjoint et enfants) ou pour notre famille d’origine (grands-parents, parents et fratrie), nous pouvons rendre les différents fardeaux à ceux à qui ils appartiennent, de façon d’une part à entrer dans notre propre vie et notre propre destin, y trouver notre propre force, et d’autre part à rendre leur dignité à ceux qui devaient porter leur propre destin, leur propre fardeau…


                            

                                 LE PRINCIPE DE L’ANCIENNETE


Le non respect de ce principe conduit nécessairement au conflit. Ce principe est bafoué lorsqu’un plus jeune essaie de prendre la place d’un plus ancien. Faire par exemple de son enfant un confident de ses problèmes conjugaux, c’est placer l’enfant à un rang qui n’est pas le sien, et ceci aura des conséquences néfastes pour tous. Il est essentiel que les enfants ne se mêlent pas des affaires entre les parents et que les parents ne mêlent pas les enfants à leur relation de couple.
Corollaire de ce principe : ceux qui reçoivent ou prennent des autres ont à cultiver le respect et la gratitude à leur égard, ceci dans tous les domaines de la vie. En ce qui concerne les parents, ils donnent ce qu’ils ont reçu eux-mêmes de leurs parents : la vie. A cette force de vie, ils ne peuvent rien ajouter, rien retirer, rien garder pour eux. Ceci oblige les enfants à prendre les parents comme ils sont, uniquement comme ils sont et entièrement comme ils sont, rien de plus, rien de moins : ceci sans rejet, sans peur et sans aucune exigence. Cette façon d’être contient la grande force de l’humilité, qui est acceptation de la vie exactement comme elle est. Tant qu’un enfant refuse une partie de ce que sont ses parents, que ce soit leur état corporel, leur situation sociale, leur maladie peut-être ou l’une de leurs faiblesses, il ne pourra pas recevoir la force de la vie et ceci signifiera pour sa vie : difficultés, obstacles, échec, mal-être ou maladie : voilà l’un des enseignements de la pratique des constellations familiales.

             DEROULEMENT D’UNE CONSTELLATION FAMILIALE


Au cours d’une constellation familiale, des personnes sans lien aucun avec le client acceptent de représenter ce client et certains membres de sa famille, comme dans un jeu de rôle ou un psychodrame. Lorsqu’ils se laissent aller au mouvement qui s’impose à eux de l’intérieur, ils ressentent de façon aussi étonnante qu’immédiate ce qu’ont vécu ou vivent encore les personnes vivantes ou décédées qui sont représentées. Une dynamique thérapeutique se manifeste alors et elle a une forte tendance à ouvrir la voie à la meilleure solution possible, non seulement pour le trouble ou le problème du client mais aussi pour tous ceux qui sont liés à sa problématique. Notre travail, en effet, n’est pas seulement un travail individuel et personnel ; il agit sur le système entier du client, le système étant sa famille, sa parenté et l’ensemble de son monde relationnel.
Les constellations familiales montrent les tribulations de la vie humaine : des familles et des personnes qui s’aiment voient comment tout est détruit et finit dans un premier temps dans la séparation… Dans un deuxième temps, les constellations familiales montrent comment tout, d’une manière ou d’une autre, se renoue positivement dans une forme de sérénité, d’amour et de paix. Ceci est peut-être la plus grande découverte pour les participants : tout peut toujours finir dans la réconciliation. Il semble en effet qu’au-delà de toutes les formes de conflit et de séparativité, au-delà des guerres et de la haine, que ce soit entre personnes, familles ou nations, il existe une autre force, à un autre niveau qui, si l’on peut entrer en contact avec elle, est une force de conciliation et d’amour. Lorsqu’on l’a contactée, on ne voit plus la vie, sa vie, par le petit bout de la lorgnette. Mais n’est-ce pas là ce que les Maîtres de Sagesse enseignent, depuis le début des temps ?

Un espace hors du temps


Une constellation familiale est comme hors du temps (HSZSN) ; ou plutôt le temps, en tant que phénomène linéaire, est annihilé. Passé, présent et futur se rejoignent dans l’espace créé et l’on retrouve côte à côte des vivants et des défunts, la fille à côté de sa grand-mère ou de
son arrière-grand-père, en remontant parfois jusqu’à sept générations. Toutes ces générations se retrouvent dans ce que le célèbre biologiste Rupert Sheldrake appelle un champ morphique et ressentent la résonance morphique de ce champ : sensations, émotions… Cette résonance n’est pas limitée au moment présent ; elle s’étend dans le futur d’une façon harmonisante et souvent curative sur tous ceux qui sont liés à ce champ particulier ainsi qu’à la problématique présentée par le client.

Humilité devant les forces du destin


Chaque représentant constate qu’il rencontre une réalité différente de la sienne: des émotions, des sentiments, parfois même des attitudes qu’il ne se connaît pas ; il sent qu’il est en contact avec une conscience beaucoup plus grande que la sienne propre, incluant le passé et le futur, incluant les pensées et émotions d’un autre, une conscience capable de représenter n’importe quel esprit ou moi humain, où qu’il soit et de quelque époque qu’il date.
Les taoïstes disent que ce sont les âmes des personnes représentées qui se manifestent à travers les sensations, sentiments, émotions et mouvements des représentants et que ces âmes sont là pour aider le client (et son système familial, parental, relationnel) à retrouver un équilibre harmonieux en traversant ses troubles, ses problèmes, ses maladies ou ses souffrances.

              LE NON-AGIR AGISSANT : LE WU-WEI DES TAOÏSTES


Souvent, le client nous demande ce qu’il doit faire après une constellation familiale. Notre conseil est toujours de ne rien faire, d’attendre et de laisser faire, dans l’état d’esprit des derviches, “Inch’Allah”, identique à celui des taoïstes, Wu-Weï, c’est-à-dire le non-agir agissant. C’est aussi le non-agir qui “agit” pendant la constellation familiale, si chaque représentant laisse faire, s’il est à l’écoute du mouvement des émotions, des pensées et surtout du mouvement corporel qui se manifeste, s’il “se” met en retrait et “se” laisse faire par cette autre “présence”. La résonance morphique (le champ de force, le reiki) s’empare tranquillement des représentants, qui ne sont pas dans un état de transe hypnotique ou médiumnique, mais tout à fait conscients de ce qui se passe ; ils sont à la fois témoins, observateurs, représentants et acteurs.
Il s’agit de faire confiance à cette énergie, reiki ou oya, avec laquelle on est entré en contact et qui agira bien au-delà de la constellation familiale.

                                            GUERIR DE SES AÏEUX


Nous imaginons pouvoir disposer librement de notre vie : les constellations familiales nous enseignent que notre impression de liberté n’est qu’une illusion; les forces à l’œuvre dans notre vie – cause de nos problèmes relationnels, troubles psychologiques, maladies physiques, accidents, etc. – ne nous appartiennent pas ; notre destin individuel est soumis à des forces qui nous viennent de nos parents, grands-parents, arrières-grands-parents… Une partie du travail systémique consiste à nous libérer des forces qui nous emprisonnent pour nous permettre de vivre notre véritable vie sans subir les conditionnements et problèmes non résolus de nos aïeux.

“Une partie du travail systémique consiste à nous libérer des forces qui nous emprisonnent...”
Une constellation familiale peut avoir des effets immédiats et se répercuter au-delà d’une année. Il n’est pas rare que des clients, après seulement quelques jours parfois, nous disent que leur vie - et celle de ceux pour qui ils avaient demandé une constellation - s’est harmonisée, que les problèmes ont pu se résoudre. Parfois, des maladies diagnostiquées comme incurables ont commencé à guérir ou ont disparu… Une mère dont la fille était partie fâchée dix ans plus tôt reçoit une lettre de réconciliation ; une autre reçoit un coup de fil de son fils absent depuis une “dispute” ; un homme d’affaires désespéré de ses échecs récurrents voit s’aplanir les difficultés ; un autre voit disparaître ses acouphènes, etc.
Pourquoi ? Cet espace (cette âme, cet esprit, cette conscience) n’est-il pas aussi le lieu d’où nous venons avant notre naissance, où nous retournons à la mort et duquel nous sommes coupés au cours de notre vie ? Ces forces à l’œuvre ne sont-elles pas celles qui nous font naître, vivre et mourir ? Ce qu’on appelle peut-être le destin ? Les Orientaux diraient le karma. Pour les croyants, peut-être est-ce là Dieu… ou peut-être est-ce tout simplement la mémoire biologique évolutive rétablissant constamment l’homéostasie, l’équilibre, l’euphonie.




Site de constellations : www.constellations-lahore.com